Warning: main(visit_log/_include/new-visitor.inc.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /mnt/168/sda/1/f/achingbeauty/lyrics_virtuelle_amnesie.php on line 26

Warning: main() [function.include]: Failed opening 'visit_log/_include/new-visitor.inc.php' for inclusion (include_path='/mnt/168/sda/1/f/achingbeauty/include:.:/usr/php4/lib/php') in /mnt/168/sda/1/f/achingbeauty/lyrics_virtuelle_amnesie.php on line 26
Back to Main Page                    version française

Aching Beauty : it’s over.


After 10 years of shared passion the adventure ends here for Aching Beauty. 10 years that gave birth to several live shows, 2 LP « One More Step » and « Live at the New Morning », an album « L’Ultima Ora », and eventually a single « Virtuelle Amnésie ».

With time going, each of us walked a different musical path, despite the common foundations that gathered us. After the first album we tried to reach a new musical evolution, but in the end we did not make it.
The Story was beautiful, we have nothing to regret.

Aching Beauty wishes to thank deeply all those that supported, followed, applauded and went along with us : Family, fans, musicians and bands.

Aching Beauty was Aldric, Antoine, Julien, Vincent, Vincent (20.100) et Fabien. Each of them will go forward and will certainly keep in touch with you via this website forum.

While leaving, we give you our music : the album « L’Ultima Ora » is now available freely for listening and download.

Aching Beauty

Virtuelle Amnésie
Lyrics : Julien Guillemet

Les pupilles aveuglées par la lumière glacée,
La vacuité de mes soupirs juste avant ma démission.
Transpirant sueur d’innocent, harcelé jusqu’au dénouement,
Fatigué mon corps se livre, mais ma délivrance n’est que fiction.

Avais-je mal à ce point,
Pour ne plus rien ressentir,
Et l’espace d’un instant, m’accomplir sans tourment,
M’oubliant dans l’irréversible.

La folie d’un remède, pour perdre ta trace.
Je t’ai fermé les yeux, pour que tout t’efface,
Dans ma virtuelle amnésie.

Assis face à ces pierres, que ne surmonte aucun nerf.
Je ne sais m’abandonner honteusement au pardon.
Essayant violemment, d’apaiser son absence,
M’éventrant de somnifères quand je plie sous l’obsession.

Dois-je m’inhiber au point,
De ne plus rien ressentir,
Où dois-je avec le temps tisser un remords,
Qui me ronge et me plonge dans un sourd délire.

La folie d’un remède, pour perdre ta trace.
Je t’ai fermé les yeux, pour que tout t’efface,
Dans ma virtuelle amnésie

Plus d'équilibre, plus de courage
Pour croire encore que la distance nous réparera.
Plus rien, plus rien, plus rien ne me réparera.
Plus rien, Je t’ai fermé les yeux, pour que tout t’efface,
Dans ma virtuelle amnésie.
La folie d’un remède, pour perdre ta trace.
Je t’ai fermé les yeux...